Conférence de l’Association Canadienne de Santé Publique : Perspective d’une étudiante

Par Marie-Claude Tremblay

Du 11 au 14 juin 2012 s’est tenue à Edmonton la conférence annuelle de l’Association Canadienne de Santé Publique. Cette année, la conférence s’organisait autour du thème « La santé publique au Canada : Créer et soutenir des environnements sains », qui fait référence à  l’un des axes stratégiques de la Charte d’Ottawa. Suivant ce thème, la Conférence avait pour but d’explorer le rôle de la santé publique dans la création et le maintien de toute une gamme d’environnements, que ce soit milieu bâti, économie et développement, santé de l’écosystème, leadership et communications, ou culture et société.

Conférence plénière d’ouverture : David Suzuki

Pour ma part, je nourrissais beaucoup d’attentes concernant la conférence plénière d’ouverture du congrès. C’est que l’invité d’honneur, cette année, était nul autre que le très inspirant David Suzuki, scientifique environnementaliste de renommée internationale et cofondateur de la Fondation Suzuki. Si M. Suzuki est surtout connu pour ses talents de communicateur vulgarisateur relativement aux questions environnementales, il m’a toutefois laissé un peu surprise par le très grand niveau de vulgarisation de sa présentation. C’est devant un auditoire renseigné et conquis d’avance que s’est exprimé l’activiste de façon très simple et bien imagée. Voici les points principaux résumant sa présentation :

  • Les humains sont biophiles, c’est-à-dire qu’ils sont génétiquement conçus pour être en relation avec la nature;
  • Une humanité en santé exige nécessairement une planète en santé;
  • La seule façon d’y arriver est d’adapter notre existence aux lois de la nature;
  • Mais la nature a été éliminée de nos vies quotidiennes et remplacée par d’autres égéries (tel que l’économie);
  • L’économie demande toujours à la nature de se sacrifier pour l’homme;
  • Il est impératif de redécouvrir ce que l’homme traditionnel a toujours su : nous sommes des créatures biologiques.

C’est ce message en essence tout simple, mais ô combien important, qu’a livré M. Suzuki. Selon moi, l’environnementaliste souhaitait surtout rappeler l’urgence d’agir dans ce domaine, urgence qu’il a évoquée avec une métaphore particulièrement forte concernant la croissance des bactéries.

La présentation de M. Suzuki s’est soldée par une période de questions des plus intéressante, où l’auditoire s’est montré uni dans sa préoccupation de faire changer les choses mais aussi dans son désespoir à influencer les politiques dans le contexte actuel au Canada. Mis devant l’incapacité des groupes écologistes à se faire entendre du présent gouvernement et questionné sur les possibilités d’action dans ce contexte, Suzuki a répondu qu’il fallait reprendre notre démocratie. L’environnementaliste a terminé en rappelant que ce que nous faisons à la nature, nous le faisons aussi à nous-mêmes.

Autres activités de la Conférence

Au fil de ses trois jours, la conférence a présenté d’autres plénières de grand intérêt : « Soutenir la santé dans un environnement changeant », « Les composantes de base de communautés saines et durables » et « Les déterminants sociaux et culturels de la santé des Premières nations, Inuit et Métis ». Ces conférences qui visaient à présenter l’articulation de la santé au sein de contextes et d’environnements différents ont aussi donné lieu à des échanges et des réflexions intéressants.

Aussi, en plus de centaines de communications orales sur des sujets variés,  la conférence proposait divers ateliers pour améliorer nos plaidoyers dans les médias, nous apprendre à maîtriser l’approche écosystémique de la santé ou pour discuter les paramètres du leadership en santé publique. La conférence offrait également des activités particulières pour les étudiants, tels qu’un lunch permettant aux étudiants de réseauter et de discuter avec des leaders et mentors de santé publique du Canada.

Comme toujours, la conférence fut l’occasion d’un rassemblement solidaire, d’échanges fructueux et de découvertes stimulantes pour une grande partie de la communauté canadienne de chercheurs et de praticiens en santé publique.

Les archives de la conférence peuvent être consultées sur ce site web: http://www.cpha.ca/fr/conferences/conf2012.aspx

Published: HPC, August (2012)

Bookmark the permalink.

One Response to Conférence de l’Association Canadienne de Santé Publique : Perspective d’une étudiante

  1. *ESSE says:

    *Bonjour,
    nous sommes une jeune ONG dénommée Au Cœur du Togo et d’Afrique (ACT-AFRIQUE) regroupant des médecins, des assistants médicaux, des infirmier(es) , des techniciens de laboratoires et d’hygiènes ainsi que des volontaires et nous évoluons dans le domaine de santé, eau et assainissement et de l’éducation et nous avons comme objectif :
    ? Promouvoir la santé des populations surtout celle des enfants.
    ? Promouvoir l’éducation de la jeune fille.
    ? Appuyer les Unités de Soins Primaires
    ? Promouvoir l’hydraulique villageoise
    ? Œuvrer pour l’approvisionnement en eau potable des populations rurales
    ? Promouvoir le développement socio-économique des populations
    Nous sollicitons un partenariat avec votre fédération afin de permettre aux populations les plus démunies de notre pays a avoir accès aux soins de qualités, à l’eau potable, à l’éducation et au développement socio-économique.
    Voici notre Email : actafrique@yahoo.fr

    Cordialement votre
    Mr ESSE Yawo
    Président.ACT-AFRIQUE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *